Mis à jour le 30 juillet 2014 à 19h10
Mon compte

  >     >  Cancer du rein : un traitement principalement chirurgical

Cancer du rein : un traitement principalement chirurgical

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 3 avril 2009, mis à jour le 3 mars 2014

190.000 nouveaux cas de cancer du rein apparaissent dans le monde chaque année. Il est pourtant rare car il représente moins de 3% des cancers. Il touche surtout l'adulte de plus de 50 ans et plutôt les hommes que les femmes. Comment en reconnaître les signes ?

Sommaire

 

Qu'est-ce que le cancer du rein ?


Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le cancer du rein.

Le cancer du rein est un cancer relativement rare et touche surtout les hommes après 50 ans. Le traitement du cancer du rein reste encore essentiellement chirurgical, mais il y a aussi de nouveaux traitements.  

Les facteurs de risque du cancer du rein : l'obésite, l'hypertension artérielle et le tabagisme favorisent le développement d'un cancer sur le rein. 50% des patients présentent un ou plusieurs facteurs, d'après le Pr Méjean.

Les reins permettent l'élimination des déchets. Ils reçoivent 180 litres de sang par jour pour produire 1,5 litre d'urine. Une urine produite dans de petites unités du rein qu'on appelle néphrons. Elles sont regroupées dans de petites pyramides. Les néphrons vont filtrer le sang et fabriquer l'urine pour éliminer les déchets du corps. À travers une paroi filtrante, la quantité d'eau, de sel et de potassium est régulée.

Une fois produite, l'urine passe ensuite dans l'uretère pour séjourner dans la vessie en attendant d'être évacuée lors de la miction. Les reins fabriquent aussi des hormones. Certaines contrôlent la pression sanguine, tandis que d'autres stimulent la production de globules rouges dans la moelle osseuse. Si les reins tombent malades, toutes ces fonctions ne sont plus assurées correctement. Les toxines s'accumulent dans le sang, ce qui conduit progressivement à l'empoisonnement.

Une tumeur peut se développer à partir de ces différentes cellules qui composent le système rénal. Quand les cellules rénales deviennent anormales, elles se multiplient de façon anarchique et forment une masse : c'est la tumeur.

Avec le temps, et si aucun traitement n'est effectué, la tumeur se développe et s'étend vers les organes voisins. Des cellules cancéreuses peuvent s'en détacher et migrer vers d'autres tissus où elles forment de nouvelles tumeurs, appelées métastases.

Ce type de cancer est souvent asymptomatique, et il est généralement diagnostiqué par hasard suite à un examen de routine.


Cancer du rein : l'ablation de la tumeur


Attention, images d'intervention chirurgicale ! La tumorectomie est réalisée à l'aide d'un robot.

La chirurgie est le traitement de référence du cancer du rein. La tumorectomie (ablation de la tumeur en préservant le rein) est de plus en plus pratiquée. Elle consiste à ouvrir la paroi de l'abdomen pour retirer la tumeur, une partie ou la totalité du rein (néphrectomie).

Effectuée à l'aide d'un robot, cette chirurgie ne laisse pas de grande cicatrice.

Les traitements classiques, comme la chimiothérapie et la radiothérapie, ne sont pas actifs sur ce type de cancers. Mais une autre technique, l'immunothérapie, peut compléter le traitement, quand il y a plusieurs métastases. Elle stimule les défenses immunitaires et détruit les cellules cancéreuses.

Le traitement est très efficace s'il s'agit d'une petite tumeur, bien localisée dans le rein et sans métastase. 80 % des patients sont encore en vie cinq ans après la détection de leur cancer. Ce pronostic est beaucoup plus sombre lorsque le mal est découvert à un stade avancé et qu'il existe des métastases.


Néphrectomie : l'ablation du rein


Attention images de chirurgie ! La néphrectomie correspond à l'ablation du rein.

Le cancer du rein évolue silencieusement et il est souvent découvert fortuitement. En effet, près de 70% des cancers du rein sont découverts par hasard.

Quand la tumeur est mise en évidence, même s'il n'y a pas de symptômes, de douleurs, il est important d'agir pour éviter l'évolution du cancer.

Le traitement très souvent proposé est la chirurgie. Et dans certains cas, c'est la totalité du rein que l'on retire. Cela s'appelle la néphrectomie élargie.


Bernard Giraudeau, un parrain pour la lutte contre le cancer


Témoignage de Bernard Giraudeau, le 31 mars 2009

Bernard Giraudeau, acteur-réalisateur-scénariste et écrivain, a lutté pendant de nombreuses années contre un cancer du rein. Il est mort le samedi 17 juillet 2010, dans un hôpital parisien, à l'âge de 63 ans. Atteint d'un cancer du rein depuis 2000, puis du poumon cinq ans plus tard, il témoignait avec courage dans les médias de sa vie avec la maladie.

C'est de ce combat qu'il a témoigné, sur le plateau du Magazine de la santé, avec beaucoup de dignité, de sagesse et d'humanité. Bernard Giraudeau était aussi le parrain de l'Association de Recherche sur les Tumeurs du Rein (ARTuR) et de La Maison du cancer.


En savoir plus


Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/réponses :

Ailleurs sur le web




Mots clés


Vos commentaires
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@papy36 : comme je l'écrivais à Babacoco, la maladie cancéreuse (vous ne m'avez pas dit si c'était finalement malin ou bénin) est imprévisible et même si on peut parler de guérison au bout de 5 ou 10 ans en général.
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@BABACOCO : je comprends votre inquiétude... Les risques d'évolution diminuant avec les années, on a établi des durées de surveillance. Hélas la maladie cancéreuse (vous ne m'avez pas dit si c'était finalement malin ou bénin) est imprévisible et même si on peut parler de guérison au bout de 5 ou 10 ans en général.
Citer
papy36
Bonjour Mon épouse âgée de 60 ans , a était opérer d'un cancer du rein en 2003 (ablation du rein droit en totalité )après avoir était suivi pendant 5ans par son urologue , elle continue a avoir tous les6mois un bilan sanguin, créatinine normal,peut-elle voir ressurgir après tant d'années un cancer du rein? Car votre invitee , des métastases sont apparues 5ans après
Citer
BABACOCO
Bonjour, à la suite d'une écho pour des infections urinaire à répétitions on m'a trouvé un kyste sur un rein. On ne pouvait pas savoir si cela été cancereux ou pas avant de l'avoir enlevé ! J'ai donc subi une nephrectomie du coté gauche en 2006 à l'age de 36ans. Je ne rentre pas dans les critères des personnes potentiellement à risques, pourtant. Jusqu'à cette année j'avais droit à un scanner par an avec prise de sang pour surveiller la créatinine. Suite au temoignage de la personne sur le plateau j'angoisse et je me dis qu'il ne faut pas relacher la surveillance...
Citer
Haminou
Il y a 3 mois , j'ai été opérée d'un cancer d'un rein , depuis j'ai mal à l'intérieur du ventre , j'ai des tiraillements internes le long de la cicatrice , voir des brûlures surtout en fin de journée et surtout en position assise . Cela est-il normal , et vais-je devoir supporter cela jusqu'à la fin de mes jours ??? (l'opération c'est bien passée et je n'ai aucun traitement )
Citer
snouki57
bonjour j avais aussi une tumeur au reins detecter par hasard suite prise de sang avec creatinine de 22 car j ai la maladie de berger au reins aussi on ma enlever 5cm de mon rein gauche et suis aussi en inssuffisance reinale mais sans etre dialiser a ce jour
Citer
gregmus
atteint du cancer du rein j ai subis 2 nephrectomies partielles!!
une par lombotomie donc cicatrice avec une cote en moins pour acceder au rein!! lautre par scelioscopie impeccable!!!si je peux apporter mon aide n hesitez pas!! je suis toujours en arret de travail!!mais entre les 2 intervention j avais repris a tps partiel !!
Citer
colette21
bonjour, je tenais à signaler aux lecteurs que suite à un cancer de la vessie pour un homme il est possible de faire une reconstruction de la vessie. Ce qui est relativement plus confortable que l'ablation totale.

Courage
Citer
tinou
Mon mari atteint d'une tumeur maligne dans l'uretère a été opéré en 2005. On lui a enlevé le rein et l'uretère, mais malgré des traitements par BDG, il a fallu le réopérer, voilà 4 mois, abblation de la prostate - l'urètre - la vessie, et lui faire une stomie, avec bricker.
A ce jour, il a bien récupéré, mais le moral n'est pas au plus haut.
C'est très dur, le dernier scanner était bon, RAS.
Aujourd'hui on est suspendu aux résultats des scanners, dans 6 mois.
Nous sommes passés par des moments difficiles, la pilule est dure à avaler, surtout quand on vous annons un tel diagnostic, 1 ans après votre retraite, heureusement prise à 55 ans.
Bon courage à tous ceux qui liront ce message, et tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.
Un grand merci au corps médical.
Citer
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).